RDC / ELECTIONS PRESIDENTIELLES LA CANDIDATURE DE BEMBA MISE EN CAUSE


L’article 10 de la loi électorale” en RDC est claire la dessus : les personnes condamnées pour corruption sont “inéligibles”. Une loi qui pourrait frapper l’ancien chef de guerre Jean Pierre bemba. Arrêté en 2008 par la Cour pénale internationale et condamné pour crimes de guerre, l’ancien vice-président congolais qui s’est vu acquitté ses charges , doit à nouveau répondre d’une affaire annexe de subornation d’une trentaine de témoins, un dossier pour lequel la CPI n’a pas donné d’issue jusqu’ici .

Ce dernier chef d’inculpation pourrait s’avérer fatale à sa visée Présidentielle , allant jusqu’à son inéligibilité à l’élection présidentielle pour laquelle il a été investit par son parti le MLC .Des accusations mal perçues ou même non fondées par Le sénateur Jacques Djoli inspecteur du parti MLC qui voit là une autre manœuvre de la coalition au pouvoir qui veut bien écarter la candidature de celui qui aura passé près de 10 ans à la Haye. Pour les partisans de ce parti ce n’est pas à la coalition de juger de l’éligibilité d’une candidature. C’est plutôt du ressort de la cours constitutionnelle .En tout état de cause s’il venait à être établi que bemba a bel bien trompé des témoins alors là la thèse d’une potentielle corruption serait soutenable …Tout ceci ne relève que du conditionnel ….

L’évidence la plus perceptible est son arrivé à Kinshasa dès ce mercredi après une escale mardi, à Gemena, dans la province du Sud-Ubangi où est enterré son père.

Rappelons que l’élection présidentielle congolaise qui est prévue le 23 décembre 2018 devrait mettre fin aux 17 années de règne du président Kabila alors que ce dernier a épuisé ses deux mandats constitutionnels.

#RDC

Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

 2018 By conseil africain des medias