MOZAMBIQUE UNE SERIE DE TAXES SUR LES MEDIAS


Les personnes désireuses d’exercer la profession de journaliste au Mozambique vont devoir désormais débourser d’importantes sommes d’argent. Une nouvelle série de mesures portant sur l’augmentation de taxe pour l'enregistrement et l'accréditation des journalistes locaux et étrangers dans le pays est entré en vigueur mercredi 22 Aout 2018.

Selon les nouvelles mesures adoptées à l’issue d’un conseil de ministres, un journaliste étranger devrait payer l’équivalent de 1.500 euros pour faire un reportage au Mozambique. Si le journaliste souhaite s’installer dans le pays en tant que correspondant d’un média étranger, il devrait alors débourser environ 7.500 euros par an. Cette réglementation concerne aussi les médias locaux. Les chaines de télévision devront de leurs cotés s’acquitter d’une taxe de 45.000 euros auprès des autorités pour être enregistrées. Ces nouvelles mesures sans surprise ont essuyé de nombreuses critiques notamment de L’ONG locale de défense de la presse MISA Mozambique qui compte d’ailleurs saisir la justice. L’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch est également montée au créneau. Elle parle « d’une énorme défaite pour la liberté de la presse et l’accès à l’information au Mozambique » Amnesty International qui n’est pas en reste fait état « d’une tentative évidente de faire la chasse aux journalistes .»Le gouvernement mozambicain qui a eu vent de toutes ces contestations n’est pas revenu sur sa décision.

Les nouvelles mesures sont bel et bien entrées en vigueur mercredi. Maputo laisse néanmoins entendre qu’un amendement du décret est possible. De quoi donner de l’espoir aux hommes et femmes de média au Mozambique.


Posts Récents