Gabon/Elections: Tarification de plaintes en matière électorale au Gabon


Sur plus d’une centaine de plaintes déjà soumises à l’attention de la Cour Constitutionnelle, l’instance judiciaire y appose un certains nombre de conditions, en amont ou en aval. En effet, Marie-Madeleine Mborantsuo a décidé de fixer un montant concernant les différents recours lors des échéances électorales du Gabon. Une situation qui divise la société politique du pays, et fait même penser à certains que le pouvoir pactise avec une partie de la population.

En matière d’élection, la note sera désormais salée au Gabon. En effet, chaque recours pré ou post électoral, selon la cour constitutionnelle, est facturé. Le montant fixé va de 500 milles pour les législatives et locales, à 5 millions concernant la présidentielle. Face à cette situation, l’opposition dénonce « une sélection des élus par l’argent ».

Pour Richard MOULOMBA MOMBO, président de l’Alliance pour la Renaissance Nationale, cette décision de la présidente de ladite cour de faire payer les prestations des médiateurs du collège dont elle a la charge, serait une preuve de plus de l’autoritarisme du gouvernement en place. D’un camp à l’autre, les avis divergent. Guy Christian Mavioga, un pro-Bongo, estime que cette initiative permettrait de faire le tri. Un moyen de séparer le grain de l’ivraie en matière d’élection au pays d’Ali Bongo Ondimba.


Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

 2018 By conseil africain des medias