BURKINA / MORT DE THOMAS SANKARA : OBSTINATION DE SA VEUVE A CONNAITRE LES CIRCONSTANCES DE LA MORT


En ce 31è anniversaire de l’assassinat de son époux, la veuve de Thomas Sankara assassiné le 15 octobre 1987, rappelle son obstination à connaître les circonstances de la mort de l’ancien président burkinabè.

Du haut de ses 65 ans, Mariam Sankara née Sérémé n’a encore rien perdu de son énergie discursive. Surtout, lorsqu’il s’agit de parler de son époux lâchement assassiné le 15 octobre 1987.

L’irrépressible soif de vérité continue d’accabler une femme qui ne sait toujours pas ce qui s’est passé pour que Thomas Sankara quitte ce monde. Elle espère que l’ensemble des archives seront mis à la disposition du Burkina. Mais surtout, que le juge y trouvera les informations qui lui permettront d’avancer dans son travail.

Adulé et aimé dans toute l’Afrique ou presque pour sa vraie et farouche lutte contre l’impérialisme, son authentique panafricanisme et sa modestie exempte de quelque hypocrisie, le 5è président du Burkina Faso fut pleuré partout dans le continent.

Mais, beaucoup d’Africains ont déjà tiré leur révérence sans pour autant avoir su qui a vraiment tué celui qui, en deux ans seulement, avait « vaincu la famine dans son pays », selon l’expression de Jean Ziegler, ancien cadre de la FAO.

Celui qui reste aux yeux de beaucoup d’observateurs « le défenseur incontesté » de la cause féministe. Ce « Che Guevarra africain » qui gît aujourd’hui dans le Panthéon des grands hommes que l’Afrique n’ait jamais connus : à l’exemple de Lumumba, Nkrumah, Mandela, et bien d’autres.

#BURKINA

Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

 2018 By conseil africain des medias