RWANDA / ATTENTAT DU 6 AVRIL 1994 : LE PARQUET DE PARIS REQUIERT UN NON-LIEU POUR 9 PERSONNES


Le Parquet de Paris a requis, le 10 octobre 2018, un non-lieu pour les neuf dignitaires du régime rwandais actuel. Ceci dans l'affaire de l'attentat contre l'avion de l'ex-président Juvénal Habyarimana.

Ils étaient soupçonnés d'être impliqués dans l'attentat du 6 avril 1994.

Leur avocat, Bernard Magain, salue "une étape très importante dans la reconnaissance de l'innocence" de ses clients.

Cet attentat a couté la vie à l'ancien président du Rwanda Juvénal Habyarimana et est considéré comme l'élément déclencheur du génocide.

Ce tournant dans le dossier pourrait constituer une étape supplémentaire dans la réconciliation en cours entre Paris et Kigali. Cette affaire judiciaire empoisonne en effet depuis plus de vingt ans les relations diplomatiques entre les deux pays.

Le 6 avril 1994, l’avion du président hutu Juvenal Habyarimana était abattu par deux missiles sol-air alors qu’il s’apprêtait à atterrir à l’aéroport de Kigali. Cet événement, qui a aussi coûté la vie au président burundais de l’époque, Cyprien Ntaryamira, allait marquer le début du génocide des Tutsi au Rwanda. En 1997, la famille de l’un des membres de l’équipage (français) du Falcon 50 présidentiel, avait déposé plainte à Paris. En mars 1998, une information judiciaire était ouverte, confiée au juge Jean-Louis Bruguière, du pôle antiterroriste.

#RWANDA

Posts Récents