CAMEROUN: VERS UN RETOUR DE L'OPÉRATION EPERVIER ?

December 18, 2018

 

Le limogeage de dirigeants des établissements publics survenu vendredi dernier par décret du chef de l’Etat laisse craindre un retour vers de nouvelles arrestations au regard de la gestion calamiteuses de certains. Le cas de David Nkotto Emane préoccupe.

 

Le président Paul Biya a nommé vendredi de nouveaux dirigeants à la tête de trois établissements publics. Il s’agit de la Cameroon Telecommunication (Camtel), l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature et de la Mission de développement de Nord Ouest (Mideno).

 

Le changement des équipes managériales de ces structures intervient dans un contexte marqué par les scandales du retrait de la Can 2019 et au moment où le remaniement du gouvernement est vivement attendus après la réélection du président Paul Biya à la magistrature suprême.

Des sources font savoir que le chef de l’Etat serait en colère et s’apprêterait à lancer un vague d’arrestations. C’est ce qui peut expliquer la psychose dans laquelle sont plongées certaines personnalités depuis quelques temps. Car plus un jour ne passe sans qu’un membre du gouvernement ai vidé son bureau ou encore qu’il ait fait venir les marabouts de l’Inde ou du Benin pour le sauver des griffes de l’épervier.

 

NKOTTO EMANE AUX PORTES DE KONDENGUI ?

 

Le président Paul Biya serait même déjà en sa possession des rapports accablants de ces personnalités indélicats avec la fortune publique. C’est le cas de David Nkotto Emane, ex-directeur général de Camtel dont le bilan des 14 ans passés à la tête de cette société d’Etat est désastreux.

On parle de détournement de fonds publics, tribalisme harcèlement sexuel, promotion canapé etc. L’ex-patron de l’opérateur nationale des télécoms est épinglés par une avalanches de rapport de plusieurs organismes de lutte contre la corruption ayant enquêté à Camtel.

 

Rappelons qu’entre 2010 et 2016 David Nkotto Emane a été cité dans les rapports du Contrôle Supérieur de l’Etat (Consupe), de la Commission Nationale Anti-corruption (Conac) et même de la Cour des Comptes.  Toutes ces institutions de lutte contre la corruption ont recommandé au président de la République à qui elles adressaient leurs rapports la saisine du ministère de la justice. Car laisse-t-elle entendre, la détournement découverts relevaient de l’inédit.  Mais jusqu’ici celui qui serait par ailleurs neveu du chef de l’Etat n’a pas été inquiété. Des sources révèlent que cette impunité est due au fait que David Nkotto Emane aurait toujours entretenus ses réseaux à la présidence à coup de liasses d’argent. Toute chose qui explique qui a toujours bloqué les procédures lancées contre lui.

 

Mais à encore une source à la présidence, l’ex-homme fort de Camtel pourrait ne pas échapper cette fois-ci. D’autant plus que Paul Biya est de mauvaise humeur avec le retrait de la Can 2019 et les révélations de détournements qui en découlent. Une chose est probable l’épervier plane au dessus des têtes et risque de faire tomber celles-ci. Paul Biya comme une vipère sait frapper au moment où on l’attend le moins, wait and see.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Communiqué du Conseil Africain des Médias sur le déroulement des élections générales au Burundi

May 22, 2020

1/8
Please reload

Archives