AFRIQUE DU SUD / RAPPEL MÉMOIRE : LA BATAILLE D’ISANDLWANA


Le 22 janvier 1879, suite au rejet par le roi zoulou Cetshwayo kaMpand de l'ultimatum d’abdiquer lancé par l'armée britannique, la bataille d’Isandlwana débute.



Sûr de sa supériorité, Lord Chelmsford commandant des troupes britanniques n’a laissé qu’une faible partie de ses hommes dans leur camp arrière, près de la colline d’Isandhlwana, « la petite main » en zoulou. Prenant à revers les anglais, l’armée zouloue attaque le camp, mal fortifié et défendu par des soldats de la Couronne, des Boers mais aussi des Africains – mosotho.


Si les Britanniques envahissent le « Zoulouland », ce n’est pas uniquement pour continuer leur entreprise coloniale. En effet, après avoir annexé le Natal et le Transvaal des territoires auparavant conquis par les Boers , ils attisent la rancœur de ces derniers. Pour apaiser les immigrés hollandais, Londres décide de s’occuper du grand royaume autochtone limitrophe.


Alors que les colons ne pensent qu’à un léger mouvement de troupes, c’est une véritable armée qui surgit des forêts où les guerriers zoulous s’étaient dissimulés. Ces derniers appliquent alors leur fameuse tactique dite de la « tête du buffle Théorisée par le roi des Zoulous Chaka au début du XIXe siècle, qui consiste à attaquer simultanément par les côtés et par le centre pour encercler l’adversaire, le schéma formant alors une tête munis de cornes.


La tactique zouloue triomphe et les soldats de l’adversaire sont massacrés dans le camp submergé.

Sur les 1 700 hommes que comptait ce dernier, seule une centaine parviendra à échapper à la mort. Les Zoulous eux quant à eux, perdront environ 2 000 hommes. Cette défaite demeurera la plus importante pour l’Empire britannique, sur le continent Africain.

#AFRIQUEDUSUD

Posts Récents