GISHORA : LA TRADITION DES TAMBOURS ROYAUX

March 28, 2019

Gishora, dans la province de Gitega (centre du Burundi), est aujourd’hui le principal sanctuaire des tambours royaux de l'ancien royaume multiséculaire des Grands Lacs africains, à perpétuer cette tradition.

 

Aujourd’hui bien sûr, les choses ont changé et même si on ne joue plus le tambour pour le simple plaisir du roi, cet art qui s’est popularisé suscite toujours un grand engouement au sein de la population burundaise.

 

C'est à Gishora que se trouve un des sanctuaires des tambours sacrés qui a été créé au 19e siècle par Sa Majesté Umwami (roi) Mwezi Gisabo. Se trouve à Gishora deux tambours sacrés liés à la fertilité agricole dont les noms sont "Ruciteme" (celui pour lequel on débroussaille) et "Murimirwa" (celui pour lequel on cultive).

 

Depuis toujours, les tambours occupent une place importante dans la société burundaise. Avant l'invasion allemande et belge, les tambours occupaient notamment une place centrale dans la fête annuelle des semailles (Umuganuro) et aussi d'autres cérémonies d'envergure au temps du royaume. D'ailleurs, l'envahisseur belge a combattu farouchement l'Umuganuro en la qualifiant avec culot « d'abomination païenne » et la dernière fête des semailles eut lieu à Bukeye en 1929. L'Umuganuro assurait le fondement sociétal du Burundi et constituait le lien entre le roi et son peuple. Cette fête était organisée pour la fécondité des terres et un hommage était rendu à Karyenda, le tambour sacré.

 

Le nom générique d'un tambour est "Ingoma" et la baguette utilisée pour le frapper se dit "Umurisho". Lorsqu'un tambourinaire tourne l'umurisho autour du cou, cela veut dire qu'il fait serment de fidélité au roi sinon qu'on le tue ("Que je meure si je trahis mon pays !"). Avec l'arrivée de la république, les tambours ont cessé d'être l'exclusivité de la cour royale et se sont démocratisés dans le public.

Ces tambours du Burundi faut le rappeler, ont été inscrits, le 27 novembre 2014, sur la liste du patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO. Toute la population la reconnaît comme un élément fondamental de son patrimoine et de son identité.

 

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Cameroun / législatives et municipales : le PCRN a la conquête de Nyalla

February 3, 2020

1/8
Please reload

Archives