NAIROBI / UNION AFRICAINE : 15E REUNION DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT DE LA CAADP

June 13, 2019

Améliorer le commerce intra-africain et l'accès au marché pour accélérer la transformation de l'agriculture, c’est l’objectif premier que se s’est fixé le département de l’agriculture de l’Union Africaine.

 

Spécialisé dans l’économie rurale et l’agriculture, ledit département organise à Nairobi au Kenya, depuis le 11 juin 2019, la 15ème réunion de la plateforme de partenariat de Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture Africaine (PDDAA). Rendu au deuxième jour de la conférence, le café, comme produit de base stratégique pour la transformation de l’économie africaine, était à l’ordre du jour.

 

Il a été démontré lors de cette assise que la relance de la production, la transformation et la vente du café en Afrique, serait d’une importance capitale dans la réduction de la pauvreté.  En effet, selon l’union africaine, la caféiculture est une activité qui concentre près de 53% de main d’œuvre en Afrique dans le secteur du café. De nos jours et selon les estimations, plus de 33 millions de ménages, tirent leurs substances des revenus du café. Des chiffres qui montrent la place importante qu’occupe la caféiculture dans la vie des   producteurs pour lesquels cette spéculation constitue une source essentielle de revenus, un secteur pourvoyeur d’emplois pour les pays en voie de développement.  En Ethiopie et au Rwanda l’on a enregistré une baisse du taux de chômage en 2010, ceci en partie grâce à leurs exportations du café qui ont représenté 27,6 % et 25,7 %.

 

En ce qui concerne le marché international du café, l’union africaine a noté que la production du café a diminué au cours de la période du marché libre c'est-à-dire à partir des années 1990. Le suivi des exportations pendant la période comprise entre 1970 et 1989 montre que la production moyenne de l’Afrique en café a varié partant de  17,1 millions à 18,6 millions de sacs de 60kg. En 1991,  elle a chuté de 15 millions de sacs et en 2013 on a enregistré 11, 7 millions de sacs de 60 kg. D’où la nécessité d’encourager la relance de la production du café en Afrique.

 

En dépit des difficultés liées à la baisse de la production en Afrique et à la quantité de café exporté, il n’en demeure pas moins vrai que les revenus du café ont contribué de manière significative à la création des richesses dans plusieurs pays producteurs. De même, selon l’organisation internationale du café (oic), le café occupe une place prépondérante dans le PIB de ces pays producteurs.

 

Il faut noter, qu’au cours des 5 dernières décennies, la consommation du café a augmenté, atteignant un taux de croissance annuel moyen de 1,9 %. Compte tenu des tendances actuelles, la consommation mondiale du café pourrait atteindre plus de 175 millions de sacs en 2020 et pourrait dépasser 200 millions de sacs d’ici 2023. Les consommateurs auraient donc besoin de 35 à 50 millions de sacs supplémentaires. Cette tendance haussière de la consommation du café à l’échelle mondiale constitue une bonne opportunité que l’Afrique pourrait saisir aux niveaux national, régional et international. Avec la transformation de la chaine de valeur du café en Afrique, les pays producteurs et consommateurs africains pourraient connaitre une tendance de croissance à long terme. Le tout soutenu par les marchés internes et externes pouvant offrir des opportunités économiques à tous les niveaux de la chaine.

 

Plusieurs experts en agriculture sont venus de par le monde, pour prendre part à la 15ème réunion de la plateforme de partenariat de Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture Africaine (PDDAA) qui s’achève le 14 juin 2019.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

First special day of academic and professional orientation

January 16, 2020

1/8
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square