ARABIE SAOUDITE / HYDROCARBURES : LES COURS DU PÉTROLE S'ENVOLENT APRÈS LES ATTAQUES DE DRONES


Les cours du pétrole ont grimpé de 10 %, ce 16 septembre en Asie. Ceci deux jours après les attaques contre deux installations pétrolières stratégiques saoudiennes par les rebelles yéménites houthis.

Le Brent de mer du Nord a grimpé de 10,08 % à 66,29 dollars le baril après avoir gagné jusqu'à 19,5 %, un niveau sans précédent depuis la guerre du Golfe en 1991, à 71,95 dollars. Le brut léger américain est en hausse de 8,97 % à 59,77 dollars après avoir pris jusqu'à 15,5 %, sa plus forte hausse journalière depuis le 22 juin 1998.

L'Arabie saoudite est le plus gros exportateur mondial de pétrole et les attaques contre deux installations stratégiques de la compagnie Aramco ont réduit la production de 5,7 millions de barils par jour, soit l'équivalent de 5 % de la consommation quotidienne mondiale. Aramco n'a pas fourni de calendrier de retour à la normale, se contentant de déclarer le 15 septembre qu'elle ferait dans environ 48 heures un nouvel état des lieux.

Tandis que les marchés surveillent de près la réaction de l'Arabie saoudite, le PDG d'Aramco, Amin Nasser, a déclaré que "des travaux" étaient "en cours" pour rétablir la production. Le prince saoudien Abdel Aziz ben Salmane, récemment nommé ministre de l'Énergie, a assuré qu'une partie de la baisse de production serait compensée par les stocks.


Sur le plan diplomatique, les États-Unis, alliés stratégiques du royaume wahhabite, se sont déclarés "prêts à riposter" aux attaques de drones revendiquées par les rebelles yéménites houthis, soutenus par l'Iran et qui font face depuis cinq ans à une coalition militaire menée par Riyad. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a quant à lui accusé l'Iran d'avoir "lancé une attaque sans précédent contre l'approvisionnement énergétique mondial".


Des ministres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), réunis à Jeddah, ont aussi condamné l'attaque. Il n'était pas clair si l'Iran était présent à la réunion de l'OCI, convoquée initialement pour examiner le plan du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d'annexer des pans de la Cisjordanie occupée.



Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

 2018 By conseil africain des medias