COVID-19 : la Tunisie et la Libye déterminées à coopérer pour lutter contre le virus


La situation en Libye, ainsi que la coordination pour la lutte contre l'épidémie du COVID-19, étaient au centre d'une communication téléphonique entre le chef d'Etat tunisien, Kaïs Saïed, et Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d'union nationale de Libye, a-t-on appris, mercredi, auprès de la présidence de la République tunisienne.


A l'occasion, M. Saïed a réitéré la position constante de la Tunisie sur la situation en Libye, soulignant que la Tunisie "adhère et continuera à adhérer à la légitimité, car la loi est la référence et la base, dans cette affaire", peut-on lire dans un communiqué présidentiel.


Le président tunisien a, par ailleurs, affirmé au dirigeant libyen : "les déclarations qui pourraient être émises en contradiction avec cette vision soit qu'elles ont été mal comprises, soit qu'elles ont été promues pour détourner la position officielle de la Tunisie".


"La solution ne peut être que purement libyenne et qui exprime la seule volonté du peuple libyen, car ce peuple est le seul souverain de son destin et celui qui décide lui-même de son sort, loin de toute ingérence extérieure", a insisté M. Saïed.


D'après ce dernier, "la Tunisie et la Libye demeurent deux pays avec un seul peuple (...) leur avenir est commun".


Pour sa part, M. Al-Sarraj a exprimé la profondeur des relations entre la Tunisie et la Libye, indiquant que ce lien bilatéral solide "ne peut être entachée d'aucune ambiguïté (...) les institutions basées sur les frontières libyennes avec la Tunisie sont, certes, des institutions du gouvernement d'union nationale et qu'elles veillent sur la sécurité des Tunisiens".


Le dirigeant libyen a par ailleurs assuré que son gouvernement mettrait toutes ses ressources et tous ses potentiels pour aider la Tunisie dans sa lutte contre la propagation du nouveau coronavirus.

#COVID #TUNISIE #LIBYE

Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

 2018 By conseil africain des medias