REPUBLIQUE DE GUINEE : LE PR ALPHA CONDE VEUT ELECTRIFIER TOUT SON PAYS


Le président Alpha Condé a fait une promesse à ses compatriotes. Il s'est engagé à faire de la Guinée le "pays le plus électrifié de la sous-région.


La fourniture d’électricité est au cœur de son projet de gouvernance. Son ambition est de faire, de la Guinée, le pays le plus électrifié de la sous-région. Kaléta est le premier barrage hydraulique construit en guinée. Avec une puissance installée de 240 MW, une grande partie de sa production est destinée à résorber le déficit récurrent que connaissait le pays, notamment en zones urbaines. Opérationnel depuis 2015, il est important de souligner que, pendant un bon nombres d’années, certains ménages avaient oublier ce que c’était de conserver les aliments dans des réfrigérateurs. Les populations par manque d’électricité, étaient retournées à l’époque des lampes à pétrole… une situation qui a changé avec la naissance de Kaléta, qui a doublé la quantité d’énergie en guinée.


Le barrage de Kaléta, est salué par plus d’une personne, comme un exemple de réalisation énergétique après Garafiri. Selon les experts dans le domaine et le secteur, entre 2010 et 2011, la puissance totale installée sur le territoire national était de 393,65 MW, contre une puissance totale de 773,97MW en 2018. L’énergie produite est passée entre 2010 et 2018, de 608,6 GWH/an ; à 2 315,5GWH/an ; soit une augmentation de 380,75%. De même, le taux d’électrification qui était de 13,4% en 2013, pour un taux d’accès de 6% en zone interconnectées, est passée à 35,2% en 2018. Cette amélioration des indicateurs, est due selon Taliby Sylla, le ministre de l’énergie et de l’hydraulique, à l’arrivée de Kaléta sur le réseau en 2015, et aussi, aux adjoints thermiques de Kipé et de kaloum 1 et 2, ainsi qu’à la réalisation de moyens de production et de distribution par des projets d’électrification rurale.


Après le barrage de Kaléta inauguré en 2015, avec une capacité de 240 mgw, le Chef de l’Etat a lancé en avril 2016, le projet Souapiti d’une puissance installée de 450 mgw. Selon les techniciens commis à la réalisation de l’ouvrage, l’aménagement de ce site dans sa conception de départ, prévoit un barrage capable d’emmagasiner un volume d’eau de 11 milliards de mètres cubes, et une usine souterraine avec restitution dans la retenue d’amaria, (un site aménageable en aval) qui produira en année moyenne, 3 milliards de KWH pour la première étape de 2,8 milliards de KWH pour la seconde étape.


Le projet Amaria est lancé depuis le mois de janvier 2018 pour une capacité de production de 300 mgw. Le barrage de Koukoutamba, dans la région de Tougué, d’une puissance de 200 mgw et le barrage de Foumi à Kouroussa, de 90 Mgw. Le taux d’électrification qui était de 13,4% en 2013, est aujourd’hui passé à 35,2% sur le secteur interconnecté et 7% sur le secteur non interconnecté. Cette année de 2020, l’ambition du numéro un guinéen, est d’atteindre un taux d’accès à l’électricité de 65% sur le secteur interconnecté. De nombreux projets de construction de barrages sont en attente de réalisation. La construction des mini centrales, de Touba, Kogbedou Frankonedou, Daboya et Zebela. La construction de la centrale de Keno, le barrage hydroélectrique de Diaraguela, la centrale solaire de Koumaguely. Avec son équipe, le président va renforcer l’énergie hydroélectrique par l’énergie solaire, dont 80 mgw prévus à Linsan. 40 mgw déjà signés avec Solveo, nous sommes en négociation pour 40 autres. Cela permettra de réduire le recours à l’énergie thermique".

#GUINEE

Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

 2018 By conseil africain des medias