ÉNERGIES RENOUVELABLES : L'HOMME D'AFFAIRES MALIEN ALIOU BOUBACAR DIALLO OUVRE SON PAYS AU MONDE


Le monde actuel vit les conséquences fâcheuses de la pollution atmosphérique. Si la pollution en elle-même, découle des phénomènes naturels, il est à noter que l’homme est en réalité, le vrai responsable la pollution et surtout l’émission de gaz à effet de serre. Dans la course à l’industrialisation, les énergies utilisées par l’homme, polluent l’atmosphère est aggrave le réchauffement climatique. Une solution serait-elle possible pour la réduction de la pollution ? Le regard semble désormais tourné vers le Mali, où des gisements d’hydrogènes sont découverts par l’homme d’Affaires et Chercheur, Aliou Boubacar DIALLO. Et si le Mali sauvait le monde par la production des énergies à base d’hydrogène ?


Un défi, mais surtout le sens très poussé du risque. Voilà ce que nous pouvons déjà dire de l’homme d’Affaires malien, qui depuis quelques années, tente de bouleverser positivement l’ordre mondial des énergies. Et cela, grâce à ses essais bien concluants, dans la production d’énergie à partir d’hydrogène naturel.


L’hydrogène naturel ? Oui ! C’est bien de ce nouveau trésor mondial, dont il s’agit effectivement au niveau du Mali. Le village de Bourakèbougou, dans la région de Koulikoro, est le site d’expérimentation où la preuve de l’existence de l’énergie est testée. Tout part de la découverte d’un gisement de gaz composé presque de 100% d’hydrogène. Le village est fourni en électricité non polluante. Aucune trace de dioxyde de carbone, mais de la vapeur d’eau.



DEFI NATIONAL

Le Mali est pays continental, complètement exposé aux caprices du soleil hautement ardent. Sur les douze mois de l’année, le Mali souffre pendant neuf longs mois, sans aucune goûte de pluie. Le soleil très sévère sèche partout et vide le fleuve Niger. Cette situation impacte négativement le pays en provoquant la rareté d’électricité. La société d’énergie du Mali (EDM) peine à couvrir pleinement le pays. Pire, les populations de Bamako et des grandes villes, sont soumises aux rythmes des déle