ÉTHIOPIE: VERS LA TRANSFORMATION DU TIGRÉ EN BASE-ARRIÈRE DES TERRORISTES ?



L'Éthiopie fait face à un conflit sécessionniste depuis le mois de Novembre 2020 dans la province du Tigré. Devenue une véritable guerre, elle oppose le gouvernement fédéral éthiopien au gouvernement régional du Tigré, dont la branche armée est le TPLF. Depuis le début de cette crise, les chancelleries occidentales ont pris position pour les rebelles, faisant du Tigré une véritable base-arrière du terrorisme dans la région.


Le 28 juin dernier, Addis-Abeba a lancé un appel aux forces du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), à adhérer au cessez-le-feu unilatéral, pour des raisons humanitaires. Respectant ainsi les appels des pays et partenaires internationaux qui militaient pour une solution politique face à l'agression des rebelles. Mais les éléments pro-TPFL en ont profité pour lancer une offensive et ont repris le contrôle de la ville de Mekele.


Cet événement célébré par les chancelleries occidentales comme une victoire contre le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, donne lieu à des interrogations sur les véritables intentions des grandes puissances dans leurs soutiens à la rébellion. Pour bon nombre d'analystes, « il est question de transformer le Tigré en base-arrière des terroristes » dans un pays qui a su échapper à la domination occidentale depuis l'arrivée du Prix Nobel de la paix Abiy Ahmed au pouvoir.


Le Tigré: arrière base de tous les terroristes de la région


En effet le jour de la déclaration du cessez-le-feu unilatéral de la part du premier ministre Abiy Ahmed, plusieurs rapports de tueries et de massacres perpétrés par des troupes du TPLF contre des civils qui soutenaient le gouvernement fédéral sont parvenus de la province du Tigré. Ces actes mettent en cause la décision de retrait de l'armée éthiopienne de la province querellée. Tous ceux qui sont considérés comme collaborateurs du gouvernement éthiopien ont été littéralement massacré froidement par le TPLF et des témoignages de crimes horribles se succèdent ces derniers jours.


Malgré cela, l'ONU a exigé le retrait des troupes éthiopiennes et érythréennes. Ce qui a permis aux forces rebelles en fuite, de se remobiliser et de reprendre le programme de déstabilisation de l'Ethiopie.


À qui profite le crime ?


Les Etats Unis et l'Union Européenne risquent de se retrouver responsables de la protection d'un mouvement terroriste qui s'est servi d'un discours humanitaire pour commettre des crimes contre l'humanité. À ce jour, cette entité bénéficie des soutiens militaire et médiatique de plusieurs organisations non gouvernementales occidentales, grâce à une campagne de désinformation soutenue par les medias occidentaux qui font passer les bourreaux pour des victimes.


Depuis plus de 48 heures, le TPLF dit ne pas vouloir la paix et annonce des offensives contre le voisin érythréen. L'indépendance du Tigré s'avère être ainsi un véritable danger pour la paix dans la corne de l'Afrique.


Posts Récents