QUE CHERCHENT L'EUROPE ET LES ÉTATS-UNIS AU TIGRAY ? UNE ANALYSE POUR COMPRENDRE



Depuis l'attaque au nord Command qui avait comme objectif de déstabiliser l'Éthiopie et de reprendre le contrôle d'Addis Abeba et mettre en pratique les objectifs déclarés par le TPLF à savoir, l'indépendance du Tigray, le démentiellement de l'état Ambara et le déclenchement de la guerre éthique en Éthiopie, la riposte militaire de l'armée éthiopienne a su rétablir l'ordre et l'état de droit dans la région tigréenne avec une perspective de paix et de stabilité dans toute la région garantie par les gouvernements respectifs.



Malheureusement, au moment où les populations d'Ethiopie, d'Erythrée et de Somalie commençaient à préparer un nouveau chapitre de paix, Stabilité et Développement un complot pour déstabiliser la région en renversant le pouvoir du premier ministre Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix est entrain d'être mise en place. Nos sources à Bruxelles et à Washington nous informent que la nouvelle administration américaine guidée par Susan Rice qui a été pendant de longues années consultante TPLF, a mis en place une stratégie de déstabilisation du gouvernement en place en Éthiopie en utilisant une importante campagne de désinformation financée principalement par les centaines de millions de dollars que le TPLF a réussi à accumuler en pillant les ressources de l'Éthiopie en 27ans de pouvoir.


Cette campagne relayée par des médias importants tels que CNN, BBC, Al Jazeera, France 24, le New York Times et autres médias influents et par des Ong complices, a pour objectif de dramatiser la situation humanitaire dans le Tigray en accusant les forces de l'armée éthiopienne et Érythréenne de toutes les exactions possibles. L'objectif étant celui de créer les bases pour une intervention << humanitaire >> comme en Iraq, Libye et changer le cours de l'histoire dans la région avec le risque de répéter les graves erreurs commises dans ces pays. Les américains semblent n'avoir retenu aucune leçon. Au lieu de prendre acte que la guerre au Tigray est terminée avec la défaite de l'armée terroriste et déstabilisatrice du TPLF et travailler avec la nouvelle réalité en place, l'une et les USA ont décidé de sauver le mouvement terroriste du TPLF en le faisant passer pour une victime. Vouloir remettre au pouvoir les responsables des pires crimes en Éthiopie à la place d'un prix Nobel pour la paix est difficile à comprendre et à accepter par ceux qui se présentent comme champion des droits de l'homme. Sauver Debrezion pour le mettre au pouvoir à tout prix est le leitmotiv à Washington et à Bruxelles.


Pour atteindre cet objectif, ils ont décidé de tout essayer : d'abord en proposant des sanctions au Conseil de Sécurité sans succès grâce à la forte opposition de la Chine et de la Russie en particulier, puis en créant ne stratégie commune entre le ministre des Affaires Étrangères de l'UE et le Secrétaire d'Etat Blinken pour faire pression sur l'Éthiopie et essayer de l'affaiblir par tous les moyens. Cette stratégie commune préparée par Rondos, conseiller de Borrel qui se vante d'avoir une grande influence sur Blinken à pris forme avec la nomination de l'envoyé spécial Felkman très proche de Susan Rice et qui a été mandaté pour atteindre les objectifs suivants :

- Se débarrasser du PM éthiopien Abiy avec l'aide de l'UE pour le remplacer avec le chef du TPLF Debrezion qui est en cavale dans le désert du Tigré et qu'il doit à tout prix sauver

- Aider l'Égypte sur le contentieux du barrage en échange d'un soutien actif comme Abiy via le Soudan


Malgré le mandat exploratif affiché par l'envoyé spécial Felkman faisant croire qu'il va se rendre dans la région pour écouter toutes les parties, ses déclarations hostiles faites avant son départ, trahissent la détermination de l'administration américaine à intervenir directement pour remettre le TPLF au pouvoir en Éthiopie. Sans vouloir comprendre que toute intervention de leur part, aura des conséquences catastrophiques non seulement en Éthiopie mais dans toute la corne de l'Afrique et au-delà. Ne pas comprendre que déstabiliser Abiy aujourd'hui signifie créer une situation de déstabilisation permanente qui est pire que celle de la Libye, Syrie et Iraq mises ensemble avec des guerres ethniques décennales et des millions de réfugiés, est criminel. L'administration Biden risque de laisser un héritage très lourd si elle ne prend pas le temps de comprendre tous les enjeux.


La Chine est aux aguets. L'Afrique finira par choisir son camp, poussée par des politiques suicidaires de fonctionnaires cupides qui ne prennent pas en compte l'intérêt stratégique des États-Unis et de l'Europe.

Posts Récents