SOMALIE / GOUVERNANCE : LE PAYS PREVIENT LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE CONTRE LES INGERENCES



La Somalie met en garde la communauté internationale contre toutes ingérences dans ses affaires nationales, après que les puissances étrangères ont remis en question la décision du Parlement de prolonger de deux ans le mandat du président Mohamed Abdullahi dit « Farmajo ». D’après le ministère des Affaires étrangères, Mogadiscio ne tolérera pas les interférences extérieures et les menaces sur des questions internes sensibles qui relèvent uniquement du domaine du peuple somalien.


Dans un communiqué, le ministère a déclaré que le gouvernement fédéral de Somalie (FGS) apprécie le soutien continu de la communauté internationale mais rejettera toute tentative d'utiliser l'aide humanitaire pour faire chanter le pays et faire avancer son programme. Jurant d'agir contre de telles initiatives et exhortant les partenaires internationaux à reconsidérer leur position sur la décision du Parlement.


Selon l’administration, la décision héroïque du Parlement est en accord avec les aspirations du peuple somalien au suffrage universel. Ceci pour déterminer sa propre direction et tracer son destin.


Cette a déclaration est intervenue quelques heures après que les partenaires internationaux ont déclaré que la décision approuvée par 149 législateurs de prolonger de deux ans le mandat présidentiel de Farmajo, est une menace pour la paix et perturbera les efforts visant à stabiliser la Somalie.


L'Union européenne (UE) et les Nations Unies, ont exprimé leur profonde inquiétude quant à l'adoption de la résolution visant à remplacer l'accord du 17 septembre 2020 par un processus électoral qui se traduira par une longue prolongation des mandats du président et du Parlement.


Cependant, le ministère des Affaires étrangères pense que de telles déclarations faisaient avancer un programme de changement de régime inconstitutionnel et incitaient le peuple somalien à s'opposer à son gouvernement légitime, menaçant la paix et la stabilité. Il a également indiqué que le gouvernement s'était engagé à organiser des élections directes en renforçant les institutions démocratiques, en promulguant les lois électorales nécessaires et en menant une éducation civique.

Posts Récents