TCHAD / CPS DE L’UNION AFRICAINE GOUVERNEMENT : PAS DE SANCTIONS POUR LE CMT



C'est décidé, l'Union Africaine va accompagner le Tchad dans sa transition. Apres plus d’une dizaine de jours de mission bien menée au pays de Toumaï, le suspens au sein de l'Union africaine vis-à-vis du Tchad est rompu.


Il n'a pas de sanction en vue pour le conseil militaire de transition comme le souhaitait certains ennemis du progrès du Tchad. Le conseil de paix et sécurité de L'instance panafricaine opte pour un accompagnement de la transition à Ndjamena. En d'autres termes, le Tchad n’est pas suspendu des instances de l'Union Africaine, mais tout porte à croire que des conditions particulières pourraient être au rendez-vous telles que la présence d'un calendrier pour l'organisation d'élection ou encore celle d'un président civil. C'est ce qui explique que parmi les 15 pays africains membres du CPS, la plupart des États de la Cédéao ne voulaient pas sanctionner les autorités de Ndjamena, pas plus que le Cameroun. Ils ont visiblement convaincu l'Algérie, le Ghana et les pays d'Afrique australe d'aller dans leur sens. Il faut rappeler que le Conseil paix et sécurité de l'Union africaine a envoyé fin avril sa mission au Tchad parce qu'elle ne parvenait pas à s'accorder sur une position commune. Certains pays, surtout d'Afrique australe, étaient farouchement opposés à ce qu'il y ait une « exception » tchadienne. Ces derniers prônaient une suspension du Tchad de l’Union africaine en raison de la prise de pouvoir par les militaires.