TCHAD / ROLE TROUBLE DES CACIQUES DU POUVOIR : ABBAS M., MOUSSA F., ADOUM Y., SALEH K., INDEXES



Le Maréchal est mort ! Le boulevard est ouvert ! C’est ce que pensent certains ennemis du Tchad.


Depuis la mise en place du Conseil Militaire de la Transition - CMT, tous les projecteurs sont braqués sur le nouveau dirigeant, Mahamat Idriss Deby.


Si certains pays comme la France sont accusés de vouloir s’imposer au sein de cette institution, d’autres personnalités tchadiennes sont également pointées du doigt. Sans détour, il s’agit : du gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli ; du Président de la Commission de l’Union Africaine (U.A), Moussa Faki Mahamat ; de l’ancien ministre Adoum Younoussi et de l’opposant Saleh Kebzabo.


Que veulent Abbas Mahamat Tolli, Moussa Faki Mahamat, Adoum Younoussi et Saleh Kebzabo ?


D’après les informations, une inquiétude nait au sein de la communauté d’internationale. En effet, l’on soupçonne une tentative de manipulation du nouveau CMT par les caciques de l’ancien régime. Ces derniers, déterminés à prendre le contrôle du Tchad.


L’on se souvient, seulement quelques heures après sa prise de fonctions, Mahamat Idriss Deby a enchainé les réunions et les rencontres. Parmi ses hôtes, Moussa Faki Mahamat, président de la commission de l’Union africaine.


Une rencontre qui n’a pas été vue d’un bon œil au regard de la réaction de l’Union Africaine face à la situation sécuritaire au Tchad. Comment expliquer le manque de fermeté de l’Union africaine face aux attaques terroristes ? De plus, après le décès du Maréchal Idriss Deby Itno, l’institution qui se veut panafricaine se serait laissée substituer à dessein par Paris, qui n’hésite d’ailleurs pas à donner des invectives au nouveau pouvoir de N’Djamena. Qu’a fait Moussa Faki Mahamat ? Il s’est contenté de présenter ses condoléances à la famille du défunt président et au peuple tchadien. Une posture qui interroge sur les véritables intentions du diplomate africain.


Plus loin encore, prétextant prendre un temps de réflexion après la proposition du CMT pour la fonction de Premier ministre durant la période de transition, Saleh Kebzabo avait certainement d’autres ambitions, selon les analystes. En effet, membre de ce réseau qui se veut malsain, il est important pour l’opposant de suivre et de respecter la ligne directrice qui a pour objectif final de prendre le contrôle du pouvoir. Alors, hors de question de collaborer avec le CMT mis en place.


Pour l’heure, Mahamat Idriss Deby reste ferme face à la pression. Ce dernier ne compte pas se laisser emporter par des guerres intestines qui ne profitent pas au peuple tchadien.

Posts Récents