TCHAD / CONSEIL MILITAIRE DE TRANSITION : ENQUETE SUR LA PRISE DE POUVOIR DE MAHAMAT IDRISS DEBY



Mahamat Idriss Deby, 37 ans, a pris la tête du Conseil Militaire de Transition – CMT, après le décès brusque de son père, le Maréchal Idriss Deby Itno. Le CMT va gouverner le pays pendant dix-huit mois, avant d’organiser des élections libres et démocratiques.


Comment Mahamat Idriss Deby prend la tête du CMT ?


Réélu pour un nouveau mandat après la présidentielle du 11 avril dernier, le président tchadien Idriss Déby Itno est décédé le 20 avril, des suites de blessures reçues au combat contre des rebelles. A la suite, un Conseil Militaire de Transition a été mis en place pour assurer la relève pendant 18 mois, avant de passer le pouvoir à un civil.


En effet, comme le prévoit la constitution du pays, c’était au président de l’Assemblée nationale d’assumer la charge de la transition. Mais selon les informations, ce dernier se serait rétracté arguant qu’il n’était pas en bonne santé, mais des sources affirment aussi qu’il a pris la mesure des enjeux sécuritaires dans son pays. C’est ce qui expliquerait d’ailleurs son soutien au Conseil Militaire de Transition. En effet, rappelant les conditions dans lesquelles le Maréchal du Tchad Idriss Deby Itno, chef suprême des armées a rendu l’âme, et eu égard à ce contexte militaire, sécuritaire et politique dans la sous-région, le président de l’assemblée nationale a, « en toute lucidité donné son accord pour la mise en place d’un conseil militaire de transition en vue d’une transition politique dans la sécurité et la paix », selon un communiqué de l’institution.


Il revenait ainsi au CMT de choisir celui qui prendra la tête du Conseil. Tous les généraux concernés ont désigné Mahamat Idriss Deby. La raison, son parcours militaire exemplaire et sa connaissance du terrain. Le nouveau président du CMT a plusieurs fois côtoyé les forces françaises et occidentales au Sahel.


Notons que c'est en 2013, que Mahamat Idriss Deby, général quatre étoiles, se serait distingué. C'est par sa nomination au poste de commandant, en second, des Forces armées tchadiennes, qui interviennent dans le nord du Mali, qu'il a marqué les esprits.


Quid du poste de Premier Ministre ?


Après avoir pris la tête du CMT et enterré son père dans la dignité, Mahamat Idriss Deby a décidé de mettre sur pied un gouvernement de transition. Une décision qu’il avait pris le soin d’annoncer au cours d’une rencontre avec le Cadre national de dialogue politique (CNDP). Le CMT « n’a aucune ambition de gouverner solitairement le pays » et « n’est pas là pour confisquer le pouvoir ».


Selon les informations, c’est l’opposant Saleh Kebzabo qui avait d’abord été contacté pour occuper le poste de Premier ministre. Ce dernier, après un entretien avec le Conseil n’aurait pas donné de suite dans les délais, alors que l’urgence de la stabilité du pays était au cœur des enjeux. Prenant acte de cette réflexion interminable et voulant surtout éviter une paralysie des institutions, le Général Mahamat Idriss Deby a décidé de désigner Pahimi Padacke, au poste de Premier ministre de la transition.


Rappelons que, Candidat à la dernière présidentielle, Pahimi Padacké a été Premier ministre de 2016 à 2018, sous Idriss Deby. Président du parti Rassemblement national pour la démocratie au Tchad-Le réveil (RNDT-Le réveil), il est considéré comme l'un des meilleurs hommes d'Etat tchadiens, au regard de ses antécédents. Ses discours pacifiques et rassembleurs sont également l’une des raisons qui ont motivé cette nomination. Un état d’esprit qui rentre dans la logique du nouveau dirigeant tchadien qui s’est donné pour objectif de défendre et de sécuriser son territoire, mais aussi de promouvoir la paix et le dialogue dans son pays.

Mots-clés :

Posts Récents