TCHAD/GUERRE DANS LES RÉSEAUX SOCIAUX: RUDE BATAILLE ENTRE AFRIQUE MEDIA ET LES REBELLES TERRORISTES



Les stratégies de déstabilisation du Tchad par des terroristes rebelles, constituent désormais un secret de polichinelle. Sur le terrain comme sur les réseaux sociaux, leur mode opératoire a été mis à nue par l’armée Tchadienne et la maison de presse panafricaine Afrique Media Group. Raison pour laquelle depuis 48 heures une lutte farouche dans les réseaux sociaux a pignon sur rue entre le media panafricain et plusieurs groupes terroristes, dont l’objectif est de véhiculer des fausses informations à caractère à déstabiliser la Tchad.


Afrique media dévoile les pourfendeurs du Tchad sur la toile


L’un des réseaux de fakes news et des vidéos de propagande sur le Tchad a été démantelé par Afrique media. L’instigateur n’est autre que l’expert en chef des fakes news Mr franklin nyamsi qui réside à paris. Connu dans les milieux des intox il a été exclu du blog mediapart pour propagation de fausses informations et pour ses excès sans vergogne. Sa bande et lui sont allés jusqu’à à infiltrer les plates formes Afrique Media avec des faux comptes Facebook et des faux numéros whatsapp pour diffuser des informations mensongères sur la situation sécuritaire du nord du Tchad. Ce monsieur avait notamment été recruté par Maurice Kamto lors de la présidentielle 2018 au Cameroun. Il avait pour rôle de divulguer des fausses informations sur le déroulement du scrutin et la gouvernance. Raison pour laquelle, depuis 48h une lutte farouche a droit de cité dans les réseaux sociaux entre Afrique media et tous les groupes terroristes qui n’ont de cesse de relayer et faire suivre leur fakes news par certains journaux d informations pilotés par les terroristes depuis la France. Une situation qui a obligé le media panafricain Afrique Media a sortie l artillerie lourde avec des équipements russes pour mettre hors d état de nuire ses délinquants des Réseaux Sociaux.


Opération de nettoyage par l’armée par la stratégie de l’encerclement


Les rebelles du mouvement FACT sont désemparés. Les forces de défense et de sécurité aux cotés du Maréchal Idriss Deby Itno , ont mis en débandade, le 17 avril en début d’après midi, la colonne de terroristes qui s'est maladroitement avancée eu Nord de la province du Kanem. La colonne a été totalement décimée par l’armée et le ratissage continu pour captiver les rebelles qui sont en fuite. Ces rebelles sur le terrain viennent du Darfour au sud soudan et ne maîtrise pas les armes. La plupart d’entre eux fuient les combats et c est ainsi qu’une colonne des rebelles a été maîtrisée et d autres sont en débandade vers le Niger. Sortis du sud de la Libye en plusieurs groupes, Ils sont tombés dans un guet – apen de l’armée Tchadienne.Vendredi, le campement de l’armée tchadienne de Wour a réussi à intercepter 13 véhicules dont une citerne appartenant à des éléments du FACT qui étaient en train de bricoler les engins. Ils se sont rendus sans résistance, d'après une source rebelle. La localité de Zouarké a été totalement reprise samedi 17 avril par l’armée tchadienne, après son évacuation par les rebelles. Illustration, sur la sortie nord de la capitale, la population a remarqué plusieurs centaines de véhicules militaires en partance vers le nord car l’armée a mobilisé presque 500 véhicules en plus des chars de combat portés sur des porte-chars. Des témoignages affirment que , deux MiG-21 ont frappé la localité de Zouarké le lundi matin pour stopper la progression de rebelles, information confirmée par l'armée qui assure qu'elle a envoyé des renforts dans le Tibesti et que toutes les dispositions ont été prises pour neutraliser ces terroristes .Une intervention survenue quelques heures après le communiqué de l'état-major reconnaissant l’incursion de la rébellion tchadienne dans le nord du pays. Le FACT est parvenu à conquérir la localité de Zouarké en chassant des douaniers en poste. Depuis lors, l’aviation de l’armée tchadienne est entrée en action. Les militaires tchadiens positionnés à Wour, Tanoua et Zouar, ont reçu l’instruction de ne pas bouger de leur garnison militaire, et d’attendre l’arrivée des colonnes militaires de la capitale. Lors de son entrée en territoire tchadien et avant d'attaquer la localité de Zouarké, la rébellion a voulu attaquer la garnison militaire de Wour mais en a été dissuadé car l'accès reste compliqué.

Posts Récents