TCHAD : LA TRANSITION À L'ÉPREUVE DE LA BANDE À MOUSSA FAKI



Longtemps soupçonné de rouler à contre-courant de la vision de feu le Maréchal IDRISS DEBY ITNO, Moussa Faki Mahamat serait-il entrain de phagocyter la transition au profit de ses ambitions personnelles ?


Le président de la commission de l'union africaine semble vouloir jouer ses cartes au détriment des dirigeants du conseil militaire de transition (CMT). Reçu en audience par le Général Mahamat Idriss Deby à peine deux jours après la disparition tragique du Maréchal du Tchad, l'ex-ministre des affaires étrangères s’était pourtant présenté au palais rose comme un homme abattu et compatissant face à la douleur du nouveau dirigeant du pays. Mais à peine les obsèques officielles terminées, que son masque tombe. Monsieur Faki entend « saisir l'occasion de la formation du nouveau gouvernement conduit par Albert Pahimi Padacke pour jouer ses cartes », affirme une source proche de la commission de l’UA.


Comptant sur son carnet d’adresse très riche du fait d’avoir été à la tête de la diplomatie tchadienne et depuis 5 ans à la tête de la commission de l’union africaine, Moussa Faki entend d’une part se positionner en dégradant les actions entreprises par le CMT, livrant ce dernier à toutes les critiques de la communauté internationale. Et d’autre part, d’infiltrer des hommes qui lui seront loyaux au sein du futur gouvernement Pahimi. Pour y arriver, l’homme tisse sa toile à la fois parmi les proches du Marechal Deby, et dans l’opposition. C’est ainsi que des noms circulent comme ceux du député Saleh Kebzabo, véritable chef de fil de l’opposition et patron de 'Union nationale pour la démocratie et le renouveau (UNDR). Autre nom, Adoum Younousmi, ancien ministre d’État et ministre des Infrastructures du Tchad, dans le gouvernement de Pascal Yoadimnadji. Et des banquiers tels que l’actuel gouverneur de la banque des états de l’Afrique centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli.


Rappelons que le président de la transition, le Général Mahamat Idriss Déby a relevé dans son premier discours à la nation le mardi 27 avril que « L’objectif du processus est de nous permettre d’organiser des élections démocratiques, libres et transparentes dans les meilleurs délais ». Va-t-on assister à la nuit des longs couteaux ?

Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square